Ressources /Articles

Souhaiter la vulnérabilité
Quand tu es, je suis

Dans Cahiers de Gestalt-thérapie 2018/2 (n° 40), pages 145 à 162

Consultable en ligne sur Revue Cairn Info

Résumé

La vulnérabilité évoque fréquemment une représentation déficitaire de l’individu. Selon cette acception elle est redoutée et nécessite étayage, solutions, protections diverses pour pallier sa défaillance intrinsèque. Elle infère alors une « prise en charge », indicateur d’une relation asymétrique souvent stigmatisante. Mise en perspective dans les éthiques du care où la sollicitude lui vient en réponse, la vulnérabilité témoigne alors d’un rapport dialectique du sujet aux normes. Plus rarement elle est vue du côté de l’expérience sensible constitutive de l’être, dans la rencontre des fragilités en présence. C’est ainsi que le thérapeute peut la souhaiter, la convoquer, comme pont d’humanité et déploiement de la sensibilité, affectée et affectant la situation dans laquelle elle se vit.

Hériter, transmettre la gestalt-thérapie
Le jour se lève, je me lève aussi

Dans Les Cahiers de Gestalt-thérapie 2017/2 (N° 39), p. 133 à 145

 

Consultable en ligne sur Revue Cairn Info

Résumé

Ce qui m’interpelle à propos de la Gestalt-thérapie c’est comment elle devient une pratique depuis la théorie qui la fonde. « Hériter, corporer transmettre » : une pratique qui s’exerce, une pratique qui se transmet, une pratique incarnée par (en) un praticien. Ces quelques pages sur l’histoire de la Gestalt-thérapie m’ont invité à considérer mon vécu : c’est-à-dire comment cela me traverse d’être en formation de gestalt-thérapeute.
J’observe ainsi ma façon propre d’incorporer. Ce n’est pas la grande Histoire mais juste la mienne, mon histoire personnelle avec la Gestalt-thérapie. C’est ainsi que des fragments de mon cheminement en cours dans la sinuosité des particularités de la Gestalt-thérapie m’apparaissent. Le sens en émerge pas à pas, jour après jour. C’est mon intégration de l’héritage…

Rire en séance ?
La possibilité du rire

Dans Cahiers de Gestalt-thérapie 2016/2 (N° 37), pages 44 à 66

 

Consultable en ligne sur Revue Cairn Info

Résumé

Dans cet article, l’auteur tente d’éclairer une expérience personnelle du rire vécu dans un contexte difficile, voire dramatique, à la lumière de quelques concepts propres à la Gestalt-thérapie. Ce faisant, il évoque la dimension particulière du rire comme signe somatique d’une spontanéité unifiante et mise en acte d’une joie contactée. Enfin, il suggère que cela peut ressembler à ce que nous rencontrons en thérapie : cohabitation de drames qui se dénouent, de dévoilements délicats, de résolutions traumatiques, d’émotions intenses, d’humour, de jeu, de créativité, de découverte de soi et parfois aussi de rire résilient comme signe d’une présence au monde retrouvée.

Ethique, identité et corporeïté
Promenade en éthique champ être

Dans Les Cahiers de Gestalt-thérapie 2015/2 (N° 35), p. 59 à 74

Consultable en ligne sur Revue Cairn Info

Résumé

Cet article aborde la possibilité d’une éthique pratique dans son rapport à une identité intégrée à la corporéité et à autrui. Dans un premier temps le texte explicite une distinction sémantique entre éthique et morale dont le sens originel est commun. Puis l’argumentation interroge les notions d’autonomie et d’identité sous l’angle de leur portée éthique et ontologique. Ensuite, l’auteur met en relation individualité, altérité et sollicitude pour réunir conscience de soi, corporéité et rapport au monde. Enfin, la conclusion ouvre sur la possibilité d’une articulation avec une pratique de la Gestalt-thérapie selon une approche phénoménologique dans une perspective de champ.

Contact

Pour toute information contactez-moi.

(Cliquez sur l'image pour voir le plan et l'itinéraire)

Contact-tsgestalt1_edited.jpg

Thierry Schmidlin

06.15.15.14.99.

t.schmidlin@orange.fr

© Thierry Schmidlin www.ts-gestalt.com